Le centre d’accueil de Ferké

Accueil > Le centre d’accueil de Ferké

LA MAISON D’ACCUEIL DE FERKÉ PREND EN CHARGE LES ENFANTS VICTIMES DE TRAITE ET D’EXPLOITATION

 

Situé au nord de la Côte d’Ivoire, le centre de Ferkéssédougou est un point de transit des enfants venus d’autres pays. Le trafic des enfants y est important.


Illustration de la Maison d'accueil de Ferké vue du dessus

 

Un positionnement stratégique dans la lutte pour la réinsertion des mineurs

 

En cours de construction, la maison d’accueil de Ferké est située au nord de la Côte d’Ivoire dans la région des Savanes à la frontière du Mali et du Burkina Faso. Ce centre est positionné sur la route des trafiquants d’enfants et dédié à la prise en charge des enfants victimes de traite, d’exploitation et de trafic. Ils sont gérés par le Ministère de la femme de la famille et de l’enfant.

 

 

Quelles sont les actions spécifiques du centre de Ferké sur le terrain ?

  • Identification des enfants victimes de traite et d’exploitation afin de les accueillir au centre
  • Prise en charge sur le plan moral par des psychologues et assistants sociaux ;
  • Prise en charge sanitaire de l’enfant pour lui offrir des soins de santé pour son bon état de santé physique ;
  • Mise à niveau scolaire des enfants ayant connu un arrêt de scolarité ;
  • Initiation aux activités professionnelles telles que la menuiserie, la coiffure, la couture et l’artisanat.
  • Pratique de sports collectifs aux vertus socialisantes.

 

Ce centre dispose de :

  • Services sociaux permettant une prise en charge personnalisée des enfants sur les plans psycho pédagogique et sanitaire ;
  • Équipes de psychologues, d’éducateurs spécialisés, d’assistants sociaux et de personnels sanitaires ;
  • Structures dédiées intégrant des dortoirs distincts filles et garçons, des bâtiments polyvalents affectés à l’éducation et aux loisirs ;
  • Bâtiments administratifs comprenant un réfectoire, une infirmerie et des bureaux pour le personnel.

3

centres d’accueil sont implantés en Côte d’Ivoire

1

milliard de francs d’investissement par centre